RENCONTRE AVEC UN CHAMPION DEPARTEMENTAL

Écrit par :

|

1 avril 2015

|

Dans :

Sports, Tennis

Tennis Club Neufchâtelois

Jean-Pierre Lecerf Champion Départemental

JP LECERF vient en effet de décrocher le titre de champion de Seine Maritime des + 75 ans ; ce n’est pas la première fois que le licencié le plus émérite du Tennis Club décroche un titre, une victoire d’autant plus louable qu’il était souffrant le jour de la finale et qu’il fait partie des + de 80 ans, une catégorie pour laquelle n’est pas organisée de compétitions ; JP est donc contraint de défier « les petits jeunots » de 75 ans !
A l’occasion de cette nouvelle performance j’ai décidé de braquer les spots sur un sportif exemplaire au travers d’une conversation.
Tous ceux qui côtoient JP LECERF ou tous ceux qui l’ont connu professionnellement dans ses animations théâtrales des ventes publiques devinent qu’un entretien avec JP est animé et plein de saveur ; l’homme a beaucoup de verve et les mots s’enchaînent clamés d’une voix claire et gouailleuse. Les réponses sont précises, juste entrecoupées de parenthèses aussi longues qu’un chapitre de roman ! Un très bon moment, plein de malices, que je vous livre ci dessous :

JP, comment as-tu débuté dans le sport ?
Juste après la guerre , en 1945, je me suis retrouvé pensionnaire à Join Lambert à Rouen, un pensionnat tel qu’on peut le voir dans les films caricaturaux ; une discipline très rigoureuse, des comptes à rendre en permanence, des sorties uniquement aux vacances. Il fallait bien occuper son temps libre et j’ai donc choisi le football que j’ai pratiqué dans les premières années d’internat, une discipline où mon petit gabarit ne m’avantageait pas et où je cumulais les blessures. jean pierre lecerf braysportsAyant compris que je ne brillerais jamais dans ce sport mais ayant aussi remarqué que la pratique d’une activité physique permettait d’échapper momentanément aux contraintes de l’internat il fallait bien que je trouve autre chose. J’avais l’habitude de « taper la balle de ping-pong » sous le préau avec les copains et comme je n’étais pas trop maladroit j’ai décidé d’adhérer à la section tennis de table du lycée.
C’est le début d’une passion qui va se poursuivre un peu plus tard sous les couleurs de Neufchâtel avec notamment Raymond CHAMPION ; avec plusieurs amis nous avons vécu l’aventure de montées successives de l’équipe Neufchâteloise jusqu’en Nationale 3 ; les déplacements étaient très longs et incompatibles avec ma vie professionnelle et m’ont donc incités à abandonner le tennis de table.

Comment s’est faite la transition avec le tennis ?
Après quelques années d’inactivité physique, uniquement consacrées à mon travail j’ai ressenti le besoin de réveiller mes muscles. J’avais quelques amis qui pratiquaient le tennis et je me suis naturellement laissé entraîner sur les terres battues, rue de Flandre, à proximité de l’actuelle zone commerciale. Le début d’une nouvelle passion, j’avais entre 35 ans et 40 ans.

As-tu pris des cours ?
Jamais. C’est une époque où il n’y avait pas de moniteur et où on se formait tout seul.

Tu as obtenu de nombreux titres ?
Oui , dans ma catégorie d’âge j’ai obtenu quelques titres départementaux en individuel et par équipes mais je ne suis pas capable de les citer car je n’y attache qu’une importance relative.

Tes meilleurs souvenirs ?
Ils sont incontestablement en double notamment avec mon partenaire habituel C DIEULOIS avec qui je forme une paire insolite.
Mon partenaire n’a rien du joueur athlétique qui fait trembler les adversaires et en ce qui me concerne mon âge avancé inspire plus le respect que la crainte ; j’en joue d’ailleurs beaucoup en exagérant lors de l’échauffement mes difficultés de déplacement !
Je souris en douce quand je constate que nos adversaires nous traitent de façon condescendante. Au fur et à mesure du match le sourire narquois se transforme en rictus qui annonce une défaite inévitable face « aux deux petits vieux ».
Ces moments partagés de jubilation sont mes meilleurs souvenirs de tennis !

Que représente le TCN pour toi ?
J’y ai passé une partie de ma vie ; pendant mon activité 1h 30 hebdomadaire d’entraînement et les rencontres du dimanche ; maintenant que je suis à la retraite je joue 2 à 3 fois par semaine et je viens presque tous les jours au club pour regarder les autres et discuter avec les amis ; c’est ma seconde maison.jean pierre lecerf tcn braysports

Pourquoi continuer à jouer au tennis à 80 ans ?
J’ai toujours eu le goût de l’effort ; je perpétue cette discipline de vie à travers les compétitions même quand les diverses douleurs m’incitent plutôt à épouser le canapé !
Je le fais également par hygiène de vie et pour la rencontre avec les autres. Quand je suis seul chez moi il n’y a qu’aux arbres à qui je peux parler, une conversation très limitée !

Un conseil à donner aux jeunes ?
Ne jamais oublier que le tennis est un jeu et qu’il faut rester courtois dans la victoire comme dans la défaite.
Je conseille cette activité car c’est une excellente école de la vie : maîtrise de soi, respect des autres.

Merci à JP pour cet entretien au travers duquel on devine un sportif modèle ; pour en savoir plus vous pouvez venir le rencontrer au club ou découvrir une vidéo sur le site internet du TCN.
Nous lui souhaitons bonne chance pour disputer le titre de champion de Normandie à Caen début Avril.

Propos recueillis par Jean-François Harivel (Président du TCN)

Retrouvez l’interview filmée:

Share This Article

About Author

Christophe

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.