ASSOCIATION GYMNIQUE NEUFCHATELOISE

Écrit par :

|

16 janvier 2013

|

Dans :

Gymnastique

Championnat départemental d’Acrosport

Marine Bertrand, Cindy Bove et Lucie Lenu championnes du département

Dimanche 13 janvier 2013, a eu lieu le championnat départemental d’Acrosport à Elbeuf au gymnase E.Le Pennec. Trois gymnastes de l’association gymnique Neufchâteloise ont réalisé une très belle performance en montant sur la plus haute marche du podium. Cette victoire en trio récompense l’entrainement acharné de ces jeunes athlètes, car cette discipline demande énormement de travail, de concentration et de régularité. La prochaine étape pour ces jeunes filles sera le championnat régional de Oissel ou elles pourront se frotter aux meilleures gymnastes de la région. Stéphanie Gest, la coach de cette équipe était fière de leur réussite et espère que cette victoire en appelera d’autres pour ce trio et la vingtaine d’autres jeunes filles de la section.

BRAYSPORTS, vous propose d’acheter, une ou des photos en version numérique, haute définition sans filigrane « braysports.fr » (pas d’envois de tirage papier, uniquement par mail) , notez le numéro de la photo avec le nom de l’album, renvoyez le à l’adresse suivante : « BRAYSPORTS-BUNEL CHRISTOPHE-17 LA CLE DES CHAMPS-76270 NEUFCHATEL EN BRAY » accompagné du chèque à l’ordre de Christophe Bunel. Dès réception vous recevrez dans votre boite mail la photo.

L’Acrosport, qu’est-ce que c’est ?

L’Acrosport, appelé aujourd’hui gymnastique acrobatique, est un sport à part entière alliant force, souplesse, technique, acrobatie et chorégraphie. Cette discipline se pratique bien entendu par groupe à savoir : duo masculin, duo féminin, duo mixte, trio féminin et quatuor masculin. Au niveau national et international, les groupes sont tenus de présenter trois mouvements de 2 minutes 30 secondes maximum chacun qui sont le statique, le dynamique et le combiné.

Le mouvement statique

Le mouvement statique doit être composé de pyramides « maintenues », c’est-à-dire que chaque posture doit être tenue trois secondes pour être comptabilisée. Ainsi, le voltigeur pourra effectuer équilibres, équerres ou autres planches libres et mexicains. Le ou les porteurs, quant à eux, pourront varier les « bases » de la pyramide. Il n’est pas question d’effectuer les acrobaties telles que les sauts périlleux ou vrilles.

Le mouvement dynamique.

Il est, à l’inverse du mouvement statique, très rythmé puisque c’est au cours de ce programme que les groupes effectuent les acrobaties. On notera ainsi que ces derniers rivalisent d’audace en ce qui concerne les difficultés : double salto arrière corps tendu, triple salto arrière corps carpé, Miller (double salto arrière corps tendu avec une triple vrille.).

Le mouvement combiné.

Les difficultés doivent y être équilibrées entre pyramides statiques et pyramides dynamiques. Dans un format de compétition « classique », les mouvements statique et dynamique sont comptabilisés pour les qualifications puis les compteurs sont « remis à zéro » pour la finale où s’effectue le mouvement combiné. Toutefois, le format varie énormément selon la compétition.

Notation

A l’instar de la gymnastique, l’acrosport est un sport artistique et les classements sont donc basés sur des notes. Un mouvement d’acrosport est noté sur 20. Un jury d’acrosport est composé comme suit :

-un juge arbitre chargé de vérifié la validité et l’équité de la notation.
-un jury chargé de noter l’execution du mouvement, à savoir notamment la « propreté » (qualité de la réception u sol de chaque acrobatie, jambes tendues, qualité et stabilité des prises de mains). La note de départ est de 10 puis chaque juge retire de ce capitale des pénalités en fonctions des fautes qu’il aura remarquées. L’exécution est noté sur 10 par plusieurs juges. La meilleure note et la moins bonne sont retirés puis une moyenne des notes restantes est faite pour déterminer la note d’exécution.
-un jury chargé d’évaluer la difficulté de l’exercice présenté à partir du code de pointage FIG (Fédération Internationale de Gymnastique). En principe, chaque groupe annonce à l’avance les difficultés qu’il va effectuer en remplissant des « feuilles de match », vérifiées par le juge arbitre avant la compétition. Des pénalités sont appliqués en cas de changement par rapport à ce qui est annoncé sur cette feuille (chutes, non exécution d’une figure). La difficulté est notée sur 5.
-un jury chargé de noter la qualité du travail artistique (choix de la musique, lien musique/mouvement, synchronisation des partenaires, originalité, créativité.).

Les compétitions nationales

Le calendrier national est relativement « peu chargé » puisqu’il compte trois « séléctives » (c’est-à-dire trois compétitions qualificatives pour les championnats de France) qui sont les finales de zones, la demi-finale du championnat de France et la coupe nationale, plus le championnat de France.

Les compétitions internationales

Les championnats d’Europe : se déroulent tous les deux ans, les années impaires. Ils sont sous la responsabilté de l’UEG (Union Européenne de Gymnastique).
Les championnats du monde : se déroulent tous les deux ans, les années paires et sont placés sous l’égide de la FIG.
La coupe du monde : Comme pour beaucoup de sport, la coupe du monde est un circuit dont la finale se déroule tous les deux ans. Les groupes accumulent ainsi au fur et à mesure des compétitions « étapes » des points pour le classement de la coupe du monde.
Les jeux Mondiaux : se déroulent tous les quatre ans après les jeux olympiques. Les qualifications sont effectuées lors des championnats du monde d’une année olympique.

Les nations dominantes

A l’instar de beaucoup de disciplines artistiques, l’Europe de l’Est est très largement dominante. La Russie est souveraine dans la spécialité (neuf médailles d’or aux derniers championnats d’Europe). Du côté occidental, la Grande-Bretagne fait figure de leader. Et depuis peu, les Etats-Unis sont présents en haut des classements, talonnant la Russie puisque l’impressionant duo mixte américain composé de Sheena Both et Arthur Davis, a contraint le duo russe Kirjanova/Trubistin à partager untitre de champions du monde à Riesa (Allemagne) en 2003.

L’acrosport en France

L’acrosport ne jouit pas actuellement d’une grande notoriété dans notre pays. La Fédération Française de Gymnastique a même décidé de supprimer l’acrosport du programme de haut niveau depuis le 1er Janvier 2004. De ce fait, les acrosportifs français, malgré une masse d’entraînement très lourde ne bénéficient plus à l’heure actuelle des avantages que tout athlète de haut niveau serait en droit d’attendre. Gageons que la Fédération saura revenir sur une décision paraissant aller à l’encontre de toute logique.

 

 

 

 

 

 

Share This Article

About Author

Christophe

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.