FRANCE 23-30 CROATIE

Écrit par :

|

24 janvier 2013

|

Dans :

Handball

Mondial 2013 Handball

 L’aventure s’arrête là

Merci les Bleus. Pour être allés chercher un deuxième titre olympique l’été dernier. Pour la somptueuse tétralogie réalisé entre 2008 et 2011. Mais, cette fois, c’était trop. Les Français ne peuvent pas régner éternellement sur la planète handball. L’an dernier, on avait déjà eu un aperçu avec le fiasco de l’Euro. Mais l’équipe de Claude Onesta avait sans doute la tête déjà tournée vers les Jeux Olympiques. En Espagne, elle a joué sa troisième grosse compétition en un an. Dans les jambes, dans les têtes, ça ne pouvait plus suivre. Les Français vont franchir les Pyrénées en sens inverse, plus tôt qu’espéré. Sans avoir été aussi étincelant qu’avant. Les quatre premiers matches de poule, face à des équipes sans grande expérience internationale, ont été gagnés avec plus ou moins de bonheur. Il y a eu une alerte contre l’Allemagne ; un peu d’assurance retrouvée contre l’Islande. Mercredi face à la Croatie, ça a tenu, à la pause, encore un peu en seconde période. Puis, sur la fin, tout a lâché. Et les Croates, si malheureux face aux Experts ces dernières années, ont inversé la tendance.

Le match

Pas de demi-finales pour les Bleus. Une première depuis douze ans dans un MondialMercredi, dans le Pabellon Principe Felipe de Saragosse, le choc contre la Croatie a démarré dès les première secondes. Drago Vukovic a mis K.O. Xavier Barachet à la 1re minute et gagné le droit de suivre la suite du match des tribunes ! Igor Vori a donné des frayeurs à son équipe en restant au sol, un genou entre les mains… avant de revenir. Dans le but croate, Mirko Alilovic a été intenable. Mais Thierry Omeyer, lui, a détourné un penalty d’Ivan Cupic, qui tenait là un ballon de +5 (22e). A la pause, la France n’avait qu’un but de retard (12-13). Au retour des vestiaires, Claude Onesta lançait Valentin Porte sur l’aile droite, à la place d’un Luc Abalo, combatif mais malheureux. Osé. Et réussi. Le Toulousain n’a pas eu froid aux yeux (3/3). L’aile gauche, elle, a été moins en verve. Et la base arrière tricolore a souffert face à la défense croate, Karabatic en tête, bien pris en charge. Au poste de pivot, Cédric Sorhaindo a, en revanche, abattu un boulot considérable. Le meilleur Français de la soirée.
A sept minutes de la fin, ça pouvait encore passer. Mais Luc Abalo se voyait refuser un but pour un passage en force contesté par le clan tricolore. Puis la Croatie obtenait dans la foulée un penalty qui faisait encore hurler les Français. Dans les têtes, ça n’a alors plus suivi. Les joueurs de Claude Onesta se sont pris un 6-2 en pleine figure (30-23). Fin de l’histoire. Et la France, pour la première fois depuis 2001, n’est pas en demi-finales d’un Mondial. (L’EQUIPE)

 

Share This Article

About Author

Christophe

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.