EN ATTENDANT DES JOURS MEILLEURS N°17 SAISON 2

Écrit par :

|

24 novembre 2020

|

Dans :

Athlétisme, Sports

TEAM D’EAWY

INTERVIEW Louis LE VERN

DANS CETTE NOUVELLE PÉRIODE DE CRISE NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN : VOUS POUVEZ FAIRE UN DON SI VOUS LE SOUHAITEZ – MERCI

Durant cette nouvelle période difficile, nous avons souhaitez garder le contact avec les clubs et sportifs de notre région. Pour cette 17ème interview ( par mail ) , vous avez rendez-vous avec Louis LE VERN, du club de canicross du Team d’Eawy.

En attendant prenez soins de vous et de vos proches et surtout respecter les consignes RESTEZ CHEZ VOUS pour revenir au plus vite sur vos terrains de jeux.

Bonjour Louis, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour je m’appelle Louis Le Vern j’habite à St Martin Osmonville dans le pays de Bray. Je suis passionné par les chiens, je pratique la course à pied, le cyclisme et plus particulièrement le canicross/bikejoring (canivtt).

Comment vies tu ce nouvel épisode de « confinement » ?
Un peu plus facilement que le premier, j’ai pu remettre en place les entraînements que je faisais lors du premier confinement. Le plus difficile à gérer est l’entraînement des chiens qui est compliqué à réaliser avec les restrictions gouvernementales.

Peux-tu nous décrire ton parcours sportif?
J’ai commencé par pratiquer l’athlétisme à l’âge de 8 ans, au début je faisais un peu toutes les disciplines, ensuite je me suis plus orienté sur la piste et suis entré au pôle espoir à mon entrée au lycée. 
Au Pôle je pratiquais essentiellement les épreuves de sauts (saut en longueur et triple saut). En 2015 après une saison compliquée je découvre le canicross, puis depuis 2016 je me consacre principalement au canicross/bikejoring tout en effectuant quelques trails et courses sur route.

Comment es-tu tombé dans la marmite du canicross ?
Lors de l’organisation d’un trail de la team d’eawy en 2015 sur la commune de Pommereval. Une démonstration avec initiation avait été mis en place par le champion du monde de l’époque (Antony Le Moigne). Je m’y étais donc rendu pour découvrir la discipline. A partir de ce moment où j’ai vu l’ambiance qui y régnait, j’ai voulu me lancer. N’y connaissant pas grand-chose et n’ayant pas de matériel je me suis alors tout de suite dirigé vers Antony. Il effectuait un stage sur la même commune peu de temps après ce trail c’est alors à partir de là que j’ai « choppé le virus ».

Fais tu partie d’un club? et comment peut on le rejoindre?
Effectivement je fais partie d’un petit club super- convivial qui porte le nom de notre magnifique forêt domaniale, la » team d’eawy ». Sur le site www.teambikedeawy.com il est possible de prendre contact afin de le rejoindre.

Peux nous présenter ton partenaire de canicross?
Aujourd’hui j’ai trois partenaires de canicross. 
Tout d’abord il y a Jolly qui est une braque de Weimar âgée de 6ans ! C’est une chienne ultra-calme à la maison et super caline. C’est avec elle que j’ai débuté le canicross. 

Ensuite Il y a Peanuts, elle est arrivée à la maison à l’été 2019. Peanuts est une Greyster, elle est issue d’un croisement entre un braque Allemand et un lévrier greyhound, cette « race » a été créé par une norvégienne à la fin des années 80 pour le sport d’attelage « sprint ».
C’est une chienne ultra-rapide et explosive, elle est impressionnante à regarder « travailler »! 

Le dernier de l’équipe c’est Larry, un Alaskan (croisement chien nordique et braque/pointer) âgée lui aussi de 6 ans, c’est un chien que j’ai récupéré  d’un ami musher à la fin du premier confinement. C’est un chien très sensible et très proche de ses maîtres, la vie en meute ne lui convenait plus, c’est pour ça qu’il est arrivé à la maison. Aujourd’hui il est bien acclimaté à sa nouvelle vie. C’est le plus calme des loups à la maison mais il se transforme une fois le harnais endossé.. 

Qu’est-ce qui te fait tant vibrer dans ce sport ?
La symbiose entre le maître est le chien est juste magique. La sensation de se donner l’un pour l’autre dans l’effort donne un goût encore plus intense à l’accomplissement d’objectifs. Le partage est le mot-clé de cette discipline qu’il soit entre le maître et l’animal ou entre les autres concurrents… 

Avez-vous déjà participé à des compétitions ?
Depuis 2015 je participe à des courses un peu partout sur le territoire français. En ce moment tous les évènements ont été annulés, ce qui m’a empêché de mettre en route Peanuts (ma jeune chienne) en bikejoring, mais ce n’est que partie remise. Nous allons être patients et voir en début d’année les courses qui seront programmées… 

À quelle fréquence courez-vous et sur quelle durée/distance ?
A l’heure actuelle n’ayant plus d’objectifs précis j’essaie de m’entraîner 4 fois par semaine. Je m’entraîne principalement en VTT sur des durées de 1h à 2h et en course à pieds sur des durées de 1h à 1h15. 
Pour ce qui est du vélo j’utilise beaucoup le Home trainer avec le confinement et pour la course à pied, j’arrive à faire des boucles dans mon village.
Ensuite je m’entraîne avec mes chiens, ce qui est plus compliqué en ce moment mais généralement j’inclus deux entraînements en traction dans la semaine. Je fais egalement un entraînement en libre avec mes chiens pour travailler leur endurance. Ces séances peuvent durer jusqu’à 30/40 min maximum par chien.

As-tu des échéances de programmées? et quels sont tes objectifs?
Les objectifs de cette saison étaient de prendre un maximum de plaisir (comme à chaque fois que nous prenons un départ). Ensuite l’objectif principal en terme de performance aurait été en décembre 2020 avec les championnats de France où je me serais aligné avec Peanuts en bikejoring et Larry en canicross.
Cette année j’ai décidé de me consacrer un maximum au vélo et au bikejoring, d’une part parce que je suis passionné de cyclisme et d’autre part parce que peanuts présente des qualités physiques bien propres à ce type d’effort. 
Pour l’heure nous ne savons pas quand est-ce que les compétions pourront reprendre, surtout que des grosses courses étaient prévues en fin d’année 2020 et début d’année 2021. 

Un conseil pour ceux qui souhaiteraient se lancer ou qui débutent le canicross ? 
Ne pas hésiter à faire le pas et toujours être à l’écoute de son animal. Bien se renseigner sur le matériel à utiliser. Qu’il soit adapté à la morphologie du chien et qu’il permette au chien de pouvoir s’exprimer dans de bonnes conditions. 

Ton meilleur souvenir?
Mon meilleur souvenir en canicross était dans mes débuts, lors d’une compétition à Forges les eaux, je participais au canicross avec Jolly, (ma première chienne) lors de cette course Jolly a été exceptionnelle. C’était la première course où nous avions réussie à mettre en application tout le travail réalisé en amont à l’entraînement. Nous terminons 3ème derrière deux très bons binômes. 

Merci Louis pour cette interview. As-tu un dernier mot?
« Le jeu avant l’enjeu » Petit dicton d’un ami qui se reconnaîtra s’il lit cette interview. 

FAISONS UN PEU PLUS CONNAISSANCE!
Un livre ou un journal : Une larme m’a sauvée
Un site web : private sport shop
Une musique : « Américana » the Offspring
Un film : la ligne verte 
Un plat : magret de canard
Un dessert : tarte citron 
J’adore : la nature 
Je déteste : les mensonges 
Un pays : Norvège
Un sportif : Julian Alaphilpe
Une personnalité : Omar Sy

Share This Article

About Author

Christophe

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.