VALOGNES-RCUSF

Écrit par :

|

28 septembre 2015

|

Dans :

Rugby

Valognes – RCUSF : 24 – 15

En progrès, peut mieux faire …

A Valognes, dimanche 27 septembre 2015, Valognes bat Forges-les-Eaux 24-15 (10-15). Beau temps. Vent fort. Terrain sec. Arbitrage de M. Corsin.

Points : 2 essais (Lebouvier C., De Pas), 1 transformation et 1 pénalité (Lesueur PE ) . 3 essais, 3 transformations et 1 pénalité pour Valognes.

Composition de l’équipe : Dovin, Vandeputte, Lesueur E., Taquet, Hanin, Lafitte, Charleux, Malet ©, (m) De Pas, (o) Lesueur PE, Laurent, Lebouvier C., Lebouvier B., Fossé, Alix, Fouray, Leboucher, Laboulais J., Surinach.

C’est par une belle journée d’automne que les joueurs du RCUSF s’embarquaient pour un long périple vers Valognes, à l’autre bout de la Normandie. Fraîchement promus et défaits la semaine dernière sur leur terrain, les manchots avaient à cœur de prendre leur revanche.

D’entrée de jeu, ce sont donc les locaux qui assumaient leurs ambitions en occupant le camp adverse. Et juste récompense, ils obtenaient une pénalité en bonne position, que leur buteur transformait, ouvrant ainsi le score : 3-0. Absolument pas démotivés par ce fait de jeu, et gérant plutôt bien le fort vent défavorable, les forgions grignotaient du terrain petit à petit. S’appuyant sur la puissance de leur pack, ils mettaient bien souvent leurs adversaires à la faute. Et à la 24ème minute, ils finissaient par obtenir une pénalité en face des poteaux, que Pierre-Eugène Lesueur passait entre les barres : 3-3.

Boostés par cette égalisation, les joueurs du RCUSF mettaient la main sur la partie, dominant leurs adversaires sur les phases de conquête. Après une bonne période de conservation par les avants, le ballon volait jusqu’à Clément Lebouvier, qui, manœuvrant bien la défense, s’échappait et aplatissait entre les poteaux. Pierre-Eugène Lesueur transformait et Forges prenait un avantage mérité à la 29ème minute : 3-10.

Mais sur le coup d’envoi mal maîtrisé par les forgions, les locaux récupéraient le ballon et envoyaient leur demi d’ouverture faire un numéro, passant en revue pas moins de quatre défenseurs avant d’aller marquer comme à la parade. L’essai était transformé et tout était à refaire : 10-10.

Toutefois, malgré ce «  trou d’air  », les forgions restaient dominateurs sur la partie. Efficaces dans la conservation du ballon, ils continuaient à mettre au supplice leurs adversaires et à les pousser à la faute. Suite à l’une d’elle, Etienne Depas jouait la pénalité rapidement et marquait un essai de filou au nez et à la barbe des manchots. La transformation était ratée, mais Forges reprenait l’avantage juste avant le repos : 10-15.

Pour attaquer le second acte, les consignes étaient simples : améliorer les bonnes choses, gommer les mauvaises. L’avance au score et l’appui du vent devant permettre aux forgions de bien gérer la suite des évènements. Mais les consignes, côté Valognes, autrement plus musclées, avaient, semble-t-il redonné un supplément d’âme au joueurs locaux. Dès la 47ème minute, suite à une bonne impulsion de leur numéro 10, encore une fois oublié par les placages, les valognais débordaient une défense forgionne timorée, pour aller inscrire un nouvel essai. Transformé, celui-ci redonnait l’avantage aux locaux : 17-15.

Rien de rédhibitoire pour les visiteurs, il suffisait de retrouver le niveau de jeu de le première période pour revenir dans le match. Mais semble-t-il, celui-ci avait disparu en même temps que le vent. Et de ressurgir les vieux démons du match du Havre : manque de pénétration, manque d’efficacité dans le jeu au pied d’occupation. On avait parfois l’impression que les visiteurs géraient le match comme si ils menaient au score.

Pourtant, la domination en conquête était encore bien présente, mais quid de l’utilisation ? Pas ou peu de franchissement, ou du moins aucun suivi de résultat, faute de soutien. Les locaux se contentaient, eux, d’escarmouches, bien aidés par la journée «  portes ouvertes  » dans la défense adverse.

Et à force de résister à une domination stérile des forgions, ils allaient, comme bien souvent, finir par trouver l’ouverture à la 74ème minute et porter l’estocade par un nouvel essai. Avec la transformation, adieu la victoire et le point de bonus défensif : 24-15. Malgré quelques tentatives brouillonnes en fin de partie, les forgions devraient se contenter d’une défaite, dans un match dont ils avaient eu toutes les clés.

Coupe du monde oblige, les forgions vont maintenant bénéficier d’une mini-trêve, ne reprenant le Championnat que le 18 octobre, par la réception de Flers. D’ici là, pas question de se reposer sur ses lauriers, puisque de lauriers il n’y a point. L’heure est au travail, à l’entraînement, ou il faudra redoubler d’efforts pour redonner au RCUSF le niveau auquel il nous avait habitué. Sans plus de lauriers, la sauce risque de paraître un peu trop fade!

Share This Article

About Author

Christophe

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *