3/3 POUR LES BLEUS

Écrit par :

|

9 janvier 2016

|

Dans :

Volley-Ball

Troisième victoire pour les bleus

Un premier pas vers Rio ?

Après un sans-faute en phase de poule, l’équipe de France entre dans la dernière ligne droite du Tournoi de qualification olympique en affrontant la Pologne ce soir en demi-finale (19h35, en direct sur L’Equipe 21). Un choc entre le champion d’Europe et le champion du monde que les Bleus abordent avec le plein de confiance…
« C’est une autre compétition qui commence. » A peine savourée la troisième victoire en autant de matches de l’équipe de France vendredi face à la Bulgarie au terme d’une partie qui aura permis aux remplaçants, entrés en début de deuxième set, de lui rappeler qu’ils étaient fin prêts en cas de besoin, Laurent Tillie se projetait déjà sur la suite de ce Tournoi de qualification olympique, conscient que malgré ce carton plein, rien n’était acquis. « Quand on a vu la poule, avec la Bulgarie, la Russie et la Finlande, on s’est dit que ça allait être compliqué, on s’en sort, c’est bien, je suis satisfait de cette première place, mais elle ne nous apporte pas plus. En demi-finales, on a le champion du monde (la Pologne), le champion olympique (la Russie), le troisième du championnat du monde (l’Allemagne) et le champion d’Europe (la France), ce sont les plus belles demi-finales des vingt dernières années ! »

En effet, même si les Bleus ont rempli la première partie de leur mission en sortant de leur poule, ils sont encore à deux victoires d’être au Brésil, seule la première place du TQO offrant un aller direct pour Rio en août prochain. « Il reste les deux dernières marches, les plus importantes, confirme Julien Lyneel, étincelant vendredi face aux Bulgares, à l’instar des autres remplaçants tricolores. Nous avons franchi la montagne russe puis nous avons livré deux matches sérieux contre la Finlande et la Bulgarie, maintenant, c’est la demi-finale, le match tant attendu, hyper important pour aller en finale et derrière se qualifier. »

Ngapeth: « On n’a peur de personne »

L’enjeu de ce match est effectivement capital, puisque son vainqueur sera assuré, quoi qu’il arrive en finale dimanche, de faire un pas important vers Rio. Rappelons en effet que les deuxième et troisième de ce TQO disputeront en mai un ultime tournoi qualificatif au Japon, plus abordable que celui-ci, qui offrira quatre tickets supplémentaires (dont un pour une sélection asiatique) pour le Brésil. En revanche, le perdant de cette demi-finale France-Pologne jouera un quitte ou double dimanche lors de la «petite finale» contre celui du match Allemagne-Russie, privé de Jeux Olympiques en cas de défaite, bon pour un séjour printanier au Japon en cas de succès.

Ces calculs, les joueurs de l’équipe de France, les seuls à enchaîner cinq matches en cinq jours à Berlin, en sont à des années-lumière, eux qui, comme le leur demande Laurent Tillie après chaque match, ont pris la bonne habitude de ne se focaliser que sur l’instant présent, refusant de se laisser polluer par l’enjeu. « Quand on rentre sur le terrain, on pose une partie du cerveau pour s’éclater et jouer notre volley. Sur une qualification olympique comme ça, il ne faut penser à rien d’autre qu’à jouer son volley », confirme encore Julien Lyneel.

Reste qu’au moment d’entrer dans une Max Schmeling Halle qui lui sera hostile, vu le nombre de Polonais qui ont fait le court déplacement à Berlin, il faudra que cette équipe de France ait les nerfs aussi solides que son jeu, unanimement jugé jusqu’ici comme le plus complet de la compétition, pour passer l’obstacle formé par les hommes de Stéphane Antiga. « Je ne vais pas faire le prétentieux, mais pour l’instant, face aux Bulgares en Bulgarie, aux Italiens en Italie et aux Brésiliens au Brésil, ce genre de contexte nous a toujours bien réussi », rappelle à juste titre Arnaud Josserand, adjoint de Laurent Tillie. Earvin Ngapeth, qui a pu profiter de la rencontre face aux Bulgares pour souffler un peu, conclut: « On se sent super bien, on joue du bon volley, on n’a peur de personne, maintenant, l’objectif est de gagner le tournoi. » (source article FFVB)

Share This Article

About Author

Christophe

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *